gototopgototop
Accueil > L'Historien > Catharisme et Moyen-Age

postheadericon Catharisme et Moyen-Age

www.napoleon-peyrat.com L'Historien Catharisme et Moyen-AgeDès les années 1830, Napoléon Peyrat confie à Béranger qu'il veut écrire "l'histoire des albigeois, ses ancêtres par le sang, et l'histoire des camisards, ses aïeux par la foi". Sur son conseil il commence par les seconds, mais dès 1843 il entreprend ses recherches sur les cathares d'Occitanie. Pour lui le catharisme est une étape importante dans la longue histoire des hérésies chrétiennes, du moins des dissidences légitimes visant à réformer la chrétienté, entre lesquelles il discerne une sorte de filiation, en particulier dans la France méridionale. C'est ainsi qu'il consacre aux précurseurs une Histoire de Vigilance, esclave, prêtre et réformateur des Pyrénées au Ve siècle (1855), puis Les Réformateurs de la France et de l'Italie au XIIe siècle (1860).

Pour ce qui est des cathares, il se consacre d'abord à la période de répression qui a suivi la croisade, en consultant le fonds Doat à la Bibliothèque nationale, et publie trois volumes parus en 1871-1872 : Histoire des Albigeois. Les Albigeois et l'Inquisition. C'est là qu'après avoir visité les lieux il tire de l'oubli le site de Montségur, en y voyant non seulement le refuge mais le temple des cathares occitans. Il fait d'eux les représentants d'un christianisme alternatif s'inspirant de l'Evangile de Jean, et insiste le rôle qu'ont joué les femmes dans cette communauté, en particulier Esclarmonde de Foix. Il se tourne ensuite vers la période antérieure avec deux autres volumes de son Histoire des Albigeois, consacrés à La Civilisation romane et à La Croisade (1880-1882, le dernier est posthume et inachevé). Cette œuvre contestée pour son style plus épique que scientifique aura cependant une immense influence.

 

postheadericon Histoire de Vigilance

Prologue. Aux Vaudois des Alpes.

Vigilance, de Caligurris, est notre commun ancêtre. Agréez, ô Vaudois, le récit de ses aventures. Les traditions des Alpes et des Pyrénées se mêlent dans son histoire agitée, comme leurs torrents dans le golfe orageux de la mer Ibérienne. Vigilance n'est plus qu'un nom, une mémoire naufragée qu'il a fallu retirer débris par débris du fond obscur des temps.

Ô Vaudois, que cette flamme que je rallume d'une cendre éteinte, comme un feu de pâtre pendant la nuit, sur la montagne, serve à diriger nos pas, à rallier nos compagnons attardés, à écarter les bêtes féroces qui sortent en rugissant des antres sombres du passé. Que de la cime des Pyrénées, ce pâle flambeau réponde, comme l'affectueux signal d'une fraternité antique, à la lampe dont vos pères ont, pendant tant de siècles, entretenu la clarté pure sur les sommets des Alpes.

 

postheadericon Histoire des Albigeois

Introduction

Les Albigeois sont les derniers Aquitains. leur histoire renferme une épopée chevaleresque et un martyrologe patriotique et religieux. L'épopée c'est la guerre romane, la triple défense du ciel, du sol et de la cité; du territoire contre la croisade, de l'indépendance nationale contre la monarchie capétienne, de la liberté religieuse et de l'affranchissement de l'esprit humain contre la théocratie romaine. Guerre autrement auguste et sainte que celle qui remuait alors l'Occident; car tandis que l'Europe se précipitait sur l'Asie pour la délivrance de Jérusalem et du sépulcre du Christ, l'Aquitaine combattait pour le céleste Amour, le Verbe éternel, la cité de Dieu.

Je vais donc raconter à ma grande patrie française l'agonie de ma douce et noble patrie romane, et à la puissante démocratie moderne le supplice de la chevalerie consulaire et plébéienne du XIIIe siècle. La France nouvelle doit un soupir à ces grands citoyens, à ces magnanimes tribuns, à ces chevaliers de la justice et de la liberté, à ces paladins de l'esprit, de l'amour et de l'idéal divin. C'est pour nous qu'ils sont morts, et ce livre est leur testament, le testament d'un peuple exhumé, après six cents ans, du sépulcre de l'Aquitaine.

Epilogue : les ruines de Montségur

Montségur est notre capitale sauvage ! Montségur est notre tabernacle aérien ! l'arche qui recueillit les débris de l'Aquitaine sur la mer de sang. Il est grand et saint, plein de mystère et de merveille ! par son Christ, le Verbe-Dieu ; par son apostole, le Bien-aimé ; par ses origines, les sept églises d'Asie ; par ses adversaires, le Louvre et le Vatican ; par son siège, lutte de géants ; par son bûcher, holocauste colossal ; par son Eglise, l'Eglise des Purs ; par son symbole, Dieu est amour. La haine soufflait de Rome, l'amour respirait et rayonnait de Montségur. Voilà pourquoi cette Roche foudroyée est auguste et vénérable et glorieuse dans les siècles.

 

postheadericon Napoléon Peyrat et les historiens du catharisme

Par Anne Brenon

Historiographie

Texte de la conférence d'Anne Brenon, donnée lors de l'Assemblée Générale de l'Association des Amis de Napoléon Peyrat au Temple des Bordes sur Arize en Août 2007.

"Nous ne savons rien de l'hérésie, sinon par ceux qui l'ont pourchassée et vaincue, par des actes de condamnation, de réfutation..."
(Georges Duby. Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme. Paris, 1978, page 163.)

Cette remarque du grand médiéviste français s'appliquait précisément aux hérésies du 11ème siècle. Elle est bien sûr aussi cruellement vraie concernant le catharisme, et il importe de toujours bien conserver en mémoire cette petite lumière d'esprit critique, toutes les fois que l'on aborde le domaine luxuriant et quelque peu houleux des études sur un sujet aussi controversé, dès son apparition, que le catharisme, ce mouvement religieux que ses adversaires de la grande Eglise condamnèrent comme une hérésie manichéenne, et qui se définissait lui-même comme la vraie Eglise chrétienne.
Car il est une nuance à apporter à la remarque de Georges Duby : certes, le catharisme, phénomène médiéval, nous a longtemps été connu par les seules archives de sa répression. L'historiographie du catharisme s'ouvre proprement dès le 11ème siècle, se développe au 13ème en une véritable littérature anti-cathare, celle des sommes dominicaines anti-hérétiques, qui servira de base documentaire unique aux travaux d'approche historique, jusqu'au cœur du 20e siècle, avec les archives du tribunal d'Inquisition. L'histoire du catharisme, jusqu'au milieu du 20e siècle, n'a été fondée que sur des sources anti-cathares.

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (conference_anne_brenon_aout_2007.pdf)Napoléon Peyrat et les historien du catharisme[Conférence Anne Brenon en Août 2007]106 Kb

Lire la suite...

 

postheadericon Le rêve de l'Eglise Johannite chez le pasteur Peyrat

Par Michel Jas

Reproduction du texte paru dans Évangile et Liberté.

La question johannique reste un problème des plus digne d'intérêt mais difficile pour les études historiques concernant les origines chrétiennes. Elle désigne à la fois la place dans le canon du Nouveau Testament de l'évangile de Jean et des épîtres qui lui correspondent, et leur trajectoire dans les com-munautés chrétiennes primitives avant et après la désignation de l'hérésie: Grande Eglise et courants gnostiques. (1)

Lire la suite...